Archives par catégorie : Hackerisme, réseaux

Snowden #2

(Dear non-french reader, you might be interested by the followings links : [1] and [2]. In order to read this article, you may want to use things such as Google Translate despite the terrible mistakes. Regards, Al)

 

  Je vous disais que la plupart des informations et analyses liées à Snowden étaient en anglais, je ne reviens pas là-dessus. Si vous maîtrisez sans souci, je peux vous proposer deux liens très intéressants :

1) le webdocumentaire établi par le journal The Guardian, incluant des interviews, des documents sources, quelques analyses. Comptez au moins une demi-heure pour en faire le tour, plus si vous suivez chacun des liens.

2) Cet article écrit par Susan Landau, qui travaille chez Google sur des problèmes liés à la cyber-sécurité, à la vie privée et aux politique publiques.

(suite…)

Tagged , , , ,

Snowden #1

  Absent cet été, j’ai suivi l’actualité de loin, et j’ai manqué quelques morceaux des révélations de Edward Snowden.Plus tard, je me suis mis à chercher quelques informations ; j’en ai trouvé à profusion. Le problème étant que, comme souvent parfois, les différents journaux et sites Internet qui traitent le sujet propagent la même information, sans que l’apport supplémentaire soit vraiment quantifiable.

  Je suis revenu à la source, c’est-à dire au Guardian. C’est, rappelons-le, le journal qui a d’abord sorti les informations puis a dévoilé E.Snowden lui-même, avec l’accord de l’intéressé.

  Comme point de départ, ou presque, nous avons l’interview de E.Snowden par Glenn Greenwald, journaliste dudit Guardian : (suite…)

Tagged , , , ,

Réseaux de fer, 2/6 : Musset

  Quatorze années se sont écoulées depuis l’écriture de la Parabole, et le saint-simonisme, malgré le décès de son fondateur, est loin de s’éteindre : la religion qui en a émergé est à son point culminant. Quant aux idées, il faudra attendre le marxisme pour qu’elles soient fondamentalement remises en question. Donc, pour la période qui nous intéresse, il ne faudra pas oublier la prégnance du saint-simonisme.

 

  Pour en revenir au chemin de fer et au progrès technique, voilà ce qu’en pense Musset :

 

 

Vous vouliez faire un monde. – Eh bien, vous l’avez fait.
Votre monde est superbe, et votre homme est parfait !
Les monts sont nivelés, la plaine est éclaircie ;
Vous avez sagement taillé l’arbre de vie ;
Tout est bien balayé sur vos chemins de fer,
Tout est grand, tout est beau, mais on meurt dans votre air.

 

(Extrait de Rolla, 1833) (suite…)

Tagged , , , , , ,

Réseaux de fer, 1/6 : Saint-Simon

  Avant de s’attaquer aux réseaux à proprement parler, je voulais dire un mot sur un courant de pensée qui a fortement marqué le XIXième siècle : le saint-simonisme. Issu, comme on pourrait s’en douter, des écrits et réflexions d’un certain Saint-Simon, il prend la capacité des individus comme centre de réflexion. L’idée étant que les personnes les plus capables sont le pivot de la société…

 

  Les idées étaient tellement bouillonnantes, que Saint-Simon en personne a tourné ce courant de pensée en religion. Mais on s’éloigne du sujet, l’article Wikipédia vous en dira plus si vous êtes intéréssé.e.

 

  Le texte, paraît-il fondateur, consiste en une « parabole », dite Parabole de Saint-Simon. C’est celui-là que je reproduis ici, en l’ayant raccourci de moitié – l’original est long. Ce texte a été publié en 1819. (suite…)

Tagged , , , , ,

Une (brève) histoire des réseaux : motivations.

web

  À force d’histoire, je me suis un peu éloigné, ces derniers temps, de préoccupations plus concrètes, plus actuelles. Vous aurez remarqué la pause conséquente sur le thème politique, c’est passager mais je pense que alterner ne peut pas faire de mal – qui plus est, la politique de ces dernières semaines… Ahem.

 

  Alors je voulais, tout doucement, nous ramener aux temps présents, via le concept de « réseau », et ainsi couvrir deux des trois thèmes que je traite avec (plus ou moins de ) régularité ici : histoire et réseaux, donc. L’idée étant de replacer l’Internet et ce qui gravite autour dans son contexte : celui d’une évolution des idées, qui a émergé il y a deux siècles.

 

  L’image du passé, pour mieux voir l’actuel, en somme.

  (suite…)

Tagged

Nouveau réseaux ?

  Un petit texte, aux origines de la « philosophie des réseaux » – c’est-à-dire, à la révolution industrielle. À cette époque, les nouvelles technologies fascinaient, et un certain nombre de personnes pensaient que tout allait être révolutionné…

 

  L’invention des chemins de fer est un des plus grands bienfaits dont la science et l’industrie, associant leurs efforts, aient doté l’espèce humaine. Les chemins de fer semblent véritablement appelés à changer la face du globe. De hardis et généreux penseurs ont dit que le monde marchait à grands pas aujourd’hui vers l’association universelle ; peut-être ce merveilleux ordre de choses que leur faisait rêver leur noble amour pour le genre humain n’est-il, au gré de beaucoup d’hommes positifs, rien de plus qu’une chimère ; mais personne ne contestera que le sentiment d’unité qui anime aujourd’hui tant de peuples, et le besoin d’expansion qui dévore quelques nations récemment apparues sur la scène, dans l’ancien monde et dans le nouveau, ne tendent à changer la balance politique.

(suite…)

Tagged , ,

Le prix de la fascination

  Avant de commencer, un petit mot sur le principe de cet article. Il s’appuie, entre autre, sur le constat – déjà évoqué ici et – que beaucoup de choses, pour ne pas dire toutes, ont leurs limites : environnement, personnes, économie, temps… Le concept est plutôt général. Partant de cette idée de finitude, il est logique de s’interroger sur les différents progrès que l’on fait : sociaux, sociétaux, politiques, techniques… Ils nous apportent quelque chose. Et pourtant, ce quelque chose ne provient pas de nulle part : je pense que, en général, lorsqu’on gagne sur un plan, on perd sur un autre.

 

  C’est la notion de prix que j’avais déjà évoqué : au sens de contrepartie donc, et pas au sens monétaire. Je n’ai pas la prétention de dire que « tout a un prix » – tout, c’est beaucoup – et c’est plutôt point par point que je compte détailler l’idée. Dernièrement, c’était sur l’Europe, et on m’a fait remarquer que le questionnement valait le coup. Je développe, donc.

(suite…)

Tagged , , , , , , , , , , , , ,

ActaSong

Comme je n’ai pas vraiment le temps de vous écrire quelque chose, voilà à la place une petite musique trouvée sur l’Internet.

(ce n’est plus/pas encore la fête de la musique, mais bon, passons)

Tagged , ,

De la place du hackerisme dans la société

  Aujourd’hui, nous allons nous intéresser aux milieux hacker, ou plutôt à la philosophie qui les sous-tends. Avant tout, sachez que je n’en fais pas exactement partie, disons que je « gravite » autour, via des sites comme reflets, et quelques blogs de ci, de là. Donc, logiquement, il me manquera des subtilités dans ce qui suivra. Le cas échéant, n’hésitez donc pas à me corriger !

 

 

De quoi tu parles ?

 

  Il est judicieux de commencer par là. Hackerisme est un drôle de mot, peu souvent utilisé, qui pourrait signifier « philosophie des hackers », mais pas uniquement. Pour moi, cela se rapporte à toutes les philosophies de tous les hackers, ce groupe des hacker étant entendu au sens large.

 

  Qui donc, alors ? J’en ai déjà parlé de temps à autres, mais pour faire simple – et court – on retiendra que le hacker fait partie de ceux qui, voyant un problème sans solution, essaient d’en trouver une, et plus important, de la réaliser eux-mêmes. C’est cet aspect « bricoleur » que l’on retrouve bien souvent en informatique, mais qui va bien au-delà de ça.

(suite…)

Tagged , , , ,

Voir sans être vu

  Je souhaite ici aborder la notion sous l’aspect correspondant à une technologie de pouvoir. Soit, un moyen ou un principe technique qui concrétise ou met en place des relations de pouvoirs entre individus. Le domaine est relativement vaste, peut-être donc que j’écrirais plusieurs articles dans cette veine…

 

  Commençons donc. Le concept de voir sans être vu n’est ni nouveau, ni rare. Tout ce qui touche au renseignement, à la collecte d’information peut s’y rapporter. Le renseignement d’États, par exemple, existe depuis que les États existent. Cela, en temps de paix (connaissance de l’autre) comme en temps de guerre (élaboration de stratégies). Ceci dit, le renseignement n’est pas en soi un vecteur de pouvoir.

(suite…)

Tagged ,