Mot-clef : État

Réseaux de fer, 3/6 : Chevalier

  Cinq années après Musset et ses regrets, dix-neuf ans après la Parabole de Saint-Simon, le chemin de fer continue sa progression dans les territoires et dans les esprits.

 

L’invention des chemins de fer est un des plus grands bienfaits dont la science et l’industrie, associant leurs efforts, aient doté l’espèce humaine. Les chemins de fer semblent véritablement appelés à changer la face du globe. De hardis et généreux penseurs ont dit que le monde marchait à grands pas aujourd’hui vers l’association universelle ; peut-être ce merveilleux ordre de choses que leur faisait rêver leur noble amour pour le genre humain n’est-il, au gré de beaucoup d’hommes positifs, rien de plus qu’une chimère ; mais personne ne contestera que le sentiment d’unité qui anime aujourd’hui tant de peuples, et le besoin d’expansion qui dévore quelques nations récemment apparues sur la scène, dans l’ancien monde et dans le nouveau, ne tendent à changer la balance politique.

(suite…)

Tagged , , , , , ,

Confiance en l’État.

  Vous aurez sûrement remarqué, au fil des articles qui s’égrènent ici, un facteur commun : je n’y considère pas l’État comme une entité solide, sûre ni fiable. En revanche, je n’ai jamais pris la peine, me semble-t-il, de détailler ce point. Chose à laquelle je vais m’atteler aujourd’hui.

 

 

  Commençons d’abord, par décrire la chose – l’État – au moins brièvement. Est-ce une entité ? Oui, mais pas que. Sous ce nom d’identité, on a déjà le concept d’unité : l’État est – serait – le même quel que soit l’angle sous lequel on le regarde. C’est en son nom que sont exercés les pouvoirs qui nous régissent – pouvoirs que, dans notre grande majorité, nous jugeons légitimes.

(suite…)

Tagged , , ,

Légitimité

 

  Parlons économie pour commencer. Les agences de notations, les banques, le FMI et un certain nombre d’autres institutions occupent l’actualité à intervalles réguliers. Les sommets de la dernière chance, les changement de notations, la vie qui se dégrade en Grèce et en Espagne… Vous en savez autant que moi là-dessus, on nous donne de l’ « information » à outrance sur ces sujets.

 

  Remarquez une chose : lorsqu’une agence de notation dégrade la note d’un pays, il paraît de bon ton de s’interroger sur sa légitimité, son pouvoir, son rôle, etc. C’est ce que font, d’une part, les politiques au pouvoir (« ça n’est pas vraiment important, vous savez ») et d’autre part le journaliste politiquement non aligné – les autres, ça dépend.

 

  En revanche, l’autorité et la légitimité de choses institutionnelles, comme la BCE, la commission Européenne ou le FMI sont, elles, acquises. Personne pour soulever ces questions, peut-être simplement à cause de cet aspect pouvoir établi. Dans le fond, ça n’est pas très cohérent : soit on admet le pouvoir établi, soit on le remet en question – et celui des agences de notation est tout à fait réel.

(suite…)

Tagged , , ,

Terrorisme et État

  Aujourd’hui, nous allons aborder, dans le désordre, l’État, le terrorisme, la géopolitique et les organisations terroristes.

 

 

Précautions d’usages

 

  Avant tout, il faut bien vous dire qu’il ne s’agit pas de nier le terrorisme, ni certains attentats, faits ou actions commis ces dernières années. C’est le genre de spéculations hasardeuses que je laisse à d’autres.

 

  Suppositions il y aura pourtant : je n’ai pas les compétences ni les connaissances nécessaires pour affirmer quoi que ce soit dans ce domaine. Tout ceci restera à l’état de supposition, d’enchaînement d’idée. Cohérent, néanmoins : j’essaie de mener un raisonnement qui tienne la route, tout de même. (suite…)

Tagged , , , , ,

Différences, frontières

  Changeons un peu aujourd’hui, point d’actualité, point de politiques. Ce sera plutôt un mélange de philosophie, de bon sens, et de quelques réflexions. Vous voilà prévenus ;)

 

  Parlons inégalités. Des inégalités, on en voit toujours, tout le temps, et je suis sûr qu’il vous en vient une foultitude d’exemples à l’esprit, rien qu’à l’évocation du mot. Bien. Faites de même avec les concepts différence et frontières. Voilà pour la thématique du jour : je compte bien montrer que ces deux derniers sont équivalents, sous le bon angle.

  (suite…)

Tagged , , ,

État et identités

 

L’identité, j’en ai déjà parlé il y a quelques temps déjà. L’État et les États, j’en parle très souvent également. Alors je me fends de ce petit papier, qui traite de la notion d’identité des individus du point de vue de l’État. Point question donc, d’identité nationale par exemple – si une telle chose existe.

 

La question sera donc : l’identité, à quoi ça sert pour un État ? Si des réponses peuvent sembler évidentes, je préfère poser ça proprement : cela peut servir comme préambule à de prochains papiers, qui sait ?

 

 

Il y a la notion de référence. C’est ce qui permet d’identifier chacun à partir de plusieurs caractéristiques, qui le distinguent des autres : âge, nom, sexe, taille, numéro de Carte Vitale… Autant d’informations dont dispose l’administration. Ainsi, le citoyen (unique) peut répondre de ses devoirs individuels, des obligations légales auxquelles il est soumis. Impôts, par exemple.

 

(suite…)

Tagged , , ,

De l’identité

  J’en avais déjà parlé, il y a fort longtemps. Mais, comme cela arrive souvent, ce faisant j’ai purement et simplement omis de préciser mon propos. L’idée ici, est de parler du concept en lui-même, et de ce qui est entendu par là.

 

  Premier élément : l’identité vis-à-vis de l’État. Il s’agit ici de mettre en application l’idée de certification : je suis celui qui j’affirme être, puisque j’ai avec moi une certaine carte, qui prouve mes dires. L’idée est que, l’état étant seul pourvoyeur de ces certifications, elles lui permettent ensuite tout ce qu’on en attends : lien avec l’état civil, identification des délinquants et criminels, ligne supplémentaire dans un fichier éventuel.

 

  Notons que ce fichier peut être de nature diverse : ce peut être celui des contribuables, comme celui des personnes ayant un casier judiciaire, ou encore des délinquants en puissance. Ce qui peut être plus problématique, dans ce dernier cas.

 

  En tout et pour tout, le rôle de l’État est de vous accorder ce certificat, pour ensuite effectuer diverses opérations de contrôle et de regroupement là-dessus. L’identité est donc ici un outil avant tout.

 

(suite…)

Tagged , , , , ,

Police d’États

  J’ai déjà parlé plusieurs fois de droit international… Je souhaite ici m’attarder sur la notion de police, et sur ses implications.

 

  Déjà, il faut s’entendre sur ce que l’on signifie par police : on en a une idée assez claire lorsqu’on parle d’individus dans un État, c’est un peu plus subtil lorsqu’il s’agit d’États dans une institution internationale. Question de nature des entités en question : un état ne peut pas manifester dans la rue, et un individu ne peut pas se scinder en deux. Du point de vue « pratique » ça n’est donc pas évident.

 

  En revanche, si on s’intéresse aux fondements théoriques, la chose est simple. Si dans un État, la police a pour rôle de faire respecter la loi, alors à l’échelle supérieure, une police d’États aurait pour rôle de faire respecter le d’États – ce fameux droit international. Rien de bien compliqué ici.

 

  Notez bien que rien de ceci n’existe encore. Et pour cause…

(suite…)

Tagged , , , , ,

L’État, moyen ou fin ?

  Pour commencer il nous faut définir ce que l’on entends par « État ». Les définitions sont multiples et, pour la plupart, justes. On retiendra déjà celle de l’État comme État de droit, c’est-à-dire comme garant des libertés et droits fondamentaux. On s’intéressera aussi à l’État comme appareil bureaucratique, c’est-à dire comme l’ensemble des structures qui permettent de régir le fonctionnement d’un pays.

 

*

 

  Ceci étant fait, je vais m’intéresser au premier aspect de la question, à savoir, l’État comme fin. On peut alors voir cet État comme un système, comme un ensemble cohérent : sa raison d’être est sa propre perpétuation. Peut-être que l’on peut parler de Darwinisme dans ce cas, par comparaison aux êtres vivants. C’est en tout cas vrai vis-à-vis de ce qui lui est extérieur : un État, tel qu’on le conçoit aujourd’hui, peut et est même censé défendre ses intérêts. On pense tout de suite à la guerre, mais il peut s’agir également de défendre ses intérêts économiques, sa souveraineté, etc… De ce côté on a une sorte de compétition inter-étatique.

  Ce darwinisme peut par ailleurs être utilisé à des fins personnelles, politiques ou idéologiques. C’est ce qu’illustre le concept de légitime défense d’un État, mis en avant par les États-Unis pour légitimer leurs interventions militaires à l’étranger. Souvenez-vous des « armes de destruction massive » irakiennes… !

(suite…)

Tagged , , , ,