Mot-clef : Hollande

Centrafrique

 

  De retour derrière le clavier, je vais petit à petit reprendre les publications habituelles. Je vous expliquerai un peu ce qu’il s’est passé dans un autre post.

 

  Le sujet du jour, donc, sera la Centrafrique. Ce petit pays isolé de tout, dont on s’est subitement rappelé l’existence ces dernières semaines. Vous situez sûrement où cela se trouve, je me permet d’agrémenter avec une statistique toute simple :

 

  (suite…)

Tagged , , , , , , , , ,

Discours de crise – 2.

  Nous en étions à la crédibilité de l’Europe. Plus que de crédibilité, il s’agit de « foi ». Pour cela, le « cap » fixé par le capitaine est le suivant : « rééquilibrer les comptes publics, redresser la production française et réduire le chômage. » Encore trois points, on va finir par s’en lasser. Notez que ce sont quand même des objectifs ambitieux.

 

  Alors il détaille. C’est quelque chose d’important, il s’y attarde : rien de plus normal. On notera donc que redresser les comptes est (sans surprise) une obligation, triple (encore) : « financière », « morale », « de souveraineté ». Évoquer la souveraineté juste après le passage sur l’Europe, il fallait oser le paradoxe. Mais cela ne choque pas… ainsi soit-il. Une seconde évocation de la morale, même remarque de ma part.

(suite…)

Tagged , , , , ,

Discours de crise – 1.

wire

  Pour cette série là, je ne prendrai qu’un seul discours, suffisamment long en lui-même : celui prononcé par Hollande à Dijon il y a peu. (Promis, les prochaines fois je prendrai un autre locuteur, soit passé, soit non-français). 8 pages de discours, c’est qu’il y avait beaucoup de choses à dire. Si cela vous intéresse, vous pouvez le lire en intégralité sur le site de l’Élysée, mais je vous préviens, il est plutôt indigeste.

 

  Je vais donc suivre de point en point le contenu du discours, raccourcir la chose, et essayer d’en tirer quelque chose de clair. Le tout en deux (ou trois) parties ; aujourd’hui et demain.

(suite…)

Tagged , , , ,

Vaudeville, suite.

  Le ton de la Chancellerie et du Trône change subtilement. On y décerne plus d’assurance, plus de fermeté peut-être. On devine un changement de souffleur pour ces deux acteurs – ce qui est normal, les textes sont très longs ; impossible de les connaître totalement.

 

  Et effectivement, on observe un changement dans la scène : l’occupant du Trône fourbit prépare ses armes – qui étaient, semble-t-il, à portée de main – évoque une guerre à mener tambour battants, et s’en va.

 

Ravi, il part.

(suite…)

Tagged , , , , ,

De l’opinion des politiques

  Parlons donc un peu d’actualité politique aujourd’hui. Oh, je parlerais bien des pitreries de la droite, mais d’autres le font déjà, et bien assez. Inutile d’en rajouter, ils font bien assez de bruit ainsi. Non, ce qui est davantage intéressant en ce moment, c’est la communication du gouvernement. Je vais essayer de ne pas faire dans la critique, car cela aussi a déjà été fait, et parce que c’est un peu facile.

 

  Trois éléments, par ordre chronologique, pour illustrer mon propos.

 

 

  D’abord, notre président, qui déclare mardi 20 novembre que « la loi s’applique pour tous dan le respect de la liberté de conscience ». Phrase ambiguë s’il en est, le but ayant été – apparemment – de rassurer les maires quant au mariage pour tous. C’est qu’il devait avoir fichtrement besoin de leur soutien, pour ménager ainsi la chèvre et le chou. Déchaînement des médias, protestations outrées des associations concernées, sous la rengaine : « Hollande recule sur le mariage pour tous ». Sans, d’ailleurs, satisfaire davantage qu’auparavant ni la chèvre, ni le chou.

 

(suite…)

Tagged , , ,

Hollande et la fin de crise

  Dans une interview menée le 17 octobre, notre président a déclaré la chose suivante : « Sur la sortie de la crise de la zone euro, nous en sommes près, tout près. » Étrange, non ? Est-il à ce point confiant dans les politiques menées actuellement ? Pense-t-il que le dernier sommet européen de la dernière chance est réellement le dernier ? Ou, plus simplement, prend-il ses concitoyens pour des idiots? Ce sont de premières réactions. Je vous avoue que c’est ce qui m’est passé par la tête (parmi d’autres choses) lorsque j’ai entendu cela. Attardons-nous un peu, cependant.

 

 

  Ma première idée – je pourrais dire hypothèse, en fait – est que notre président n’avait pas d’autre choix que de dire cela. Plusieurs raisons à cela, la première étant que ce discours est rare : aurait-il dit « Non, ça n’est pas près de s’arranger », cela aurait été une variation de plus de ce qu’on entend régulièrement. Par exemple, avec Sapin et Ayrault sur les chiffres du chômage, avant leur parution – donc à quelques jours de l’interview.

 

  Une façon de se démarquer du gouvernement, d’une certaine manière. Mais pas seulement : on sait que la crise touche, avant tout et surtout, le domaine économique. Or, en économie, les faits sont dictés – surtout – par les attentes : si tout le monde s’attend à voir la pierre monter, elle montera. Un des grands travaux de la classe politique va consister, et consiste, à remettre un peu de confiance dans les rouages de l’économie.

(suite…)

Tagged , , , , , ,