Mot-clef : science

Le prix de la fascination

  Avant de commencer, un petit mot sur le principe de cet article. Il s’appuie, entre autre, sur le constat – déjà évoqué ici et – que beaucoup de choses, pour ne pas dire toutes, ont leurs limites : environnement, personnes, économie, temps… Le concept est plutôt général. Partant de cette idée de finitude, il est logique de s’interroger sur les différents progrès que l’on fait : sociaux, sociétaux, politiques, techniques… Ils nous apportent quelque chose. Et pourtant, ce quelque chose ne provient pas de nulle part : je pense que, en général, lorsqu’on gagne sur un plan, on perd sur un autre.

 

  C’est la notion de prix que j’avais déjà évoqué : au sens de contrepartie donc, et pas au sens monétaire. Je n’ai pas la prétention de dire que « tout a un prix » – tout, c’est beaucoup – et c’est plutôt point par point que je compte détailler l’idée. Dernièrement, c’était sur l’Europe, et on m’a fait remarquer que le questionnement valait le coup. Je développe, donc.

(suite…)

Tagged , , , , , , , , , , , , ,

Du recyclage

  Je suis tombé il y a peu sur un article intéressant – et sur sa traduction, dont je vais vous parler aujourd’hui. Il concerne, donc, le recyclage et surtout son efficacité à long terme.

 

  Il y est montré de manière intéressante que le recyclage, pour séduisant qu’il puisse paraître, n’est pas aussi efficient qu’on aimerait le croire dans le contexte qui est le nôtre.

 

  Mais laissez-moi détailler un peu. (suite…)

Tagged , , , ,

Interlude scientifique

  Petite digression scientifique aujourd’hui. L’objet de ce – court – article est le déterminisme scientifique : un concept qui touche à la science en général, dans le sens où il est susceptible d’être appliqué dans toutes les sciences.

  Tout comme le déterminisme dans son idée générale, il postule que ce que l’on étudie peut être déterminé – c’est -à-dire, que l’on peut le prévoir. Ceci, en supposant que l’on connaît assez de choses sur cet élément : son état passé, présent, son environnement, etc…

  Lors des débuts de la science moderne, le mathématicien et astronome Pierre Laplace a poussé cette idée à son maximum : selon lui, s’il existait un intellect qui puisse connaître l’ensemble de l’univers à un instant donné, il serait capable de prévoir comment l’univers se comportera l’instant d’après. Ça a l’air plutôt farfelu dit comme cela, et Laplace lui-même s’est bien gardé de dire qu’un tel intellect puisse exister.

(suite…)

Tagged ,

Chaos

  Le mot est courant : on en parle dès que l’on veut situer une notion de désordre, et ce dans tous les domaines. On parle de chaos économique, politique, social…

  Remontons aux origines du concept : justement, pour les Grecs de l’antiquité, c’est l’entité qui est apparue avant toutes les autres. Leur cosmogonie commence par quelque chose comme « Au commencement était Chaos ». Comme les autres grands concepts auxquels étaient confronté l’être humain, le chaos a été personnifié, identifié. Il ne correspondait alors pas seulement au simple désordre, mais aussi à un milieu sans fin, sans direction ni assise.

  L’idée chez les Grecs – et les autres peuples antiques – est que, à moment donné, apparaît une autre entité, amenée à supplanter le chaos, à créer un ordre. Puis suivent les êtres humains, amenés à respecter cet ordre établi.

  En parlant de divinités hors-circuit depuis une bonne quinzaine de siècle, je voulais juste vous montrer que la tendance à s’ordonner est ancienne, et persistante. Rien de plus normal me direz-vous, il est toujours plus commode de vivre dans un milieu rationnel. C’est rassurant, qui plus est.

  (suite…)

Tagged , , ,