Mot-clef : sécurité

Confiance en l’État.

  Vous aurez sûrement remarqué, au fil des articles qui s’égrènent ici, un facteur commun : je n’y considère pas l’État comme une entité solide, sûre ni fiable. En revanche, je n’ai jamais pris la peine, me semble-t-il, de détailler ce point. Chose à laquelle je vais m’atteler aujourd’hui.

 

 

  Commençons d’abord, par décrire la chose – l’État – au moins brièvement. Est-ce une entité ? Oui, mais pas que. Sous ce nom d’identité, on a déjà le concept d’unité : l’État est – serait – le même quel que soit l’angle sous lequel on le regarde. C’est en son nom que sont exercés les pouvoirs qui nous régissent – pouvoirs que, dans notre grande majorité, nous jugeons légitimes.

(suite…)

Tagged , , ,

Pourquoi sécuriser ?

  Pour les gens qui sont familiers de ces problèmes, ce papier ne devrait rien évoquer de très nouveau. Il s’adresse à toutes les autres personnes ;-)

 

  Il faut commencer par se poser les bonnes questions. Avant de savoir pourquoi par exemple, il n’est pas inutile de connaître ce que l’on veut sécuriser, ce que sécuriser signifie et comment l’on souhaite s’y prendre. Pour ensuite s’interroger sur les raisons qui nous poussent à le faire.

 

 

  Commençons donc. De quoi parle-t-on ? Ce qui m’intéresse ici, est la sécurité des communications, et principalement Internet. Choses que j’ai pu survoler lors de ma visite à Pas Sages en Seine il y a deux mois de cela. Le problème est alors de pouvoir transmettre un message à autrui, sans qu’une tierce personne ne puisse intercepter le message, le lire ni le ré-émettre. C’est-à-dire : comment transmettre une information entre deux personnes de manière confidentielle et authentifiée ?

  (suite…)

Tagged , , ,

Réflexions sur le numérique

  Ça fait quelques temps que je voulais vous parler un peu de société numérique… voilà à quoi ont abouti mes réflexions :

  Une petite uchronie pour commencer:

  Début du XX° siècle. Suites aux avancées scientifiques et techniques du siècle précédent, l’automobile entre autre technologies s’est développée, et apparaît apte à jouer à l’avenir un rôle important dans les transports. Certains parlent déjà d’une révolution pour la vie du citoyen moderne.

  Un obstacle cependant : le lobby des constructeurs et loueurs de calèche: Ceux-ci s’inquiètent pour leur quasi-monopole dans le domaine des transports et ce, à juste titre. En effet ce phénomène nouveau qu’est l’automobile pourrait, sans autre sommation, court-circuiter le système et inciter le consommateur à acheter la sienne propre, sans intermédiaire supplémentaire.

  Après quelques réunions discrètes, les constructeur de calèche se décident : il faut empêcher ça, quel qu’en soit le moyen ! Libre à chacun d’employer ce qu’il jugera nécessaire. Commence alors une vaste campagne de calomnie envers l’automobile: ce sont des fous dangereux, leurs machines sont bruyantes, incontrôlables, encombrantes : en fait ces gens nous volent la route, à nous simples cochers, et en plus elles effraient les chevaux. C’est intolérable ! Il faut instaurer un contrôle de chaque route, afin qu’aucun automobiliste ne puisse dépasser la vitesse (déjà grande) de 20 km/h, et un officier de la maréchaussée doit occuper chaque point de ravitaillement en carburant, par sécurité pour les usagers réguliers. De par leurs nombreux appuis économiques, le lobby des constructeurs et loueurs de calèche obtient d’abord un assentiment timide de quelques personnes en position de pouvoir, puis, les années et les élections se succédant, la question de l’industrie des transports de l’individu deviendra un argument politique à côté de l’emploi, de la famille, de la patrie… jusqu’au jour où, un dirigeant rétrograde arriva au pouvoir. (suite…)

Tagged , , , , ,