Mot-clef : surveillance

Snowden #2

(Dear non-french reader, you might be interested by the followings links : [1] and [2]. In order to read this article, you may want to use things such as Google Translate despite the terrible mistakes. Regards, Al)

 

  Je vous disais que la plupart des informations et analyses liées à Snowden étaient en anglais, je ne reviens pas là-dessus. Si vous maîtrisez sans souci, je peux vous proposer deux liens très intéressants :

1) le webdocumentaire établi par le journal The Guardian, incluant des interviews, des documents sources, quelques analyses. Comptez au moins une demi-heure pour en faire le tour, plus si vous suivez chacun des liens.

2) Cet article écrit par Susan Landau, qui travaille chez Google sur des problèmes liés à la cyber-sécurité, à la vie privée et aux politique publiques.

(suite…)

Tagged , , , ,

Snowden #1

  Absent cet été, j’ai suivi l’actualité de loin, et j’ai manqué quelques morceaux des révélations de Edward Snowden.Plus tard, je me suis mis à chercher quelques informations ; j’en ai trouvé à profusion. Le problème étant que, comme souvent parfois, les différents journaux et sites Internet qui traitent le sujet propagent la même information, sans que l’apport supplémentaire soit vraiment quantifiable.

  Je suis revenu à la source, c’est-à dire au Guardian. C’est, rappelons-le, le journal qui a d’abord sorti les informations puis a dévoilé E.Snowden lui-même, avec l’accord de l’intéressé.

  Comme point de départ, ou presque, nous avons l’interview de E.Snowden par Glenn Greenwald, journaliste dudit Guardian : (suite…)

Tagged , , , ,

Confiance en l’État.

  Vous aurez sûrement remarqué, au fil des articles qui s’égrènent ici, un facteur commun : je n’y considère pas l’État comme une entité solide, sûre ni fiable. En revanche, je n’ai jamais pris la peine, me semble-t-il, de détailler ce point. Chose à laquelle je vais m’atteler aujourd’hui.

 

 

  Commençons d’abord, par décrire la chose – l’État – au moins brièvement. Est-ce une entité ? Oui, mais pas que. Sous ce nom d’identité, on a déjà le concept d’unité : l’État est – serait – le même quel que soit l’angle sous lequel on le regarde. C’est en son nom que sont exercés les pouvoirs qui nous régissent – pouvoirs que, dans notre grande majorité, nous jugeons légitimes.

(suite…)

Tagged , , ,

Terrorisme et État

  Aujourd’hui, nous allons aborder, dans le désordre, l’État, le terrorisme, la géopolitique et les organisations terroristes.

 

 

Précautions d’usages

 

  Avant tout, il faut bien vous dire qu’il ne s’agit pas de nier le terrorisme, ni certains attentats, faits ou actions commis ces dernières années. C’est le genre de spéculations hasardeuses que je laisse à d’autres.

 

  Suppositions il y aura pourtant : je n’ai pas les compétences ni les connaissances nécessaires pour affirmer quoi que ce soit dans ce domaine. Tout ceci restera à l’état de supposition, d’enchaînement d’idée. Cohérent, néanmoins : j’essaie de mener un raisonnement qui tienne la route, tout de même. (suite…)

Tagged , , , , ,

Voir sans être vu

  Je souhaite ici aborder la notion sous l’aspect correspondant à une technologie de pouvoir. Soit, un moyen ou un principe technique qui concrétise ou met en place des relations de pouvoirs entre individus. Le domaine est relativement vaste, peut-être donc que j’écrirais plusieurs articles dans cette veine…

 

  Commençons donc. Le concept de voir sans être vu n’est ni nouveau, ni rare. Tout ce qui touche au renseignement, à la collecte d’information peut s’y rapporter. Le renseignement d’États, par exemple, existe depuis que les États existent. Cela, en temps de paix (connaissance de l’autre) comme en temps de guerre (élaboration de stratégies). Ceci dit, le renseignement n’est pas en soi un vecteur de pouvoir.

(suite…)

Tagged ,

Pourquoi sécuriser ?

  Pour les gens qui sont familiers de ces problèmes, ce papier ne devrait rien évoquer de très nouveau. Il s’adresse à toutes les autres personnes ;-)

 

  Il faut commencer par se poser les bonnes questions. Avant de savoir pourquoi par exemple, il n’est pas inutile de connaître ce que l’on veut sécuriser, ce que sécuriser signifie et comment l’on souhaite s’y prendre. Pour ensuite s’interroger sur les raisons qui nous poussent à le faire.

 

 

  Commençons donc. De quoi parle-t-on ? Ce qui m’intéresse ici, est la sécurité des communications, et principalement Internet. Choses que j’ai pu survoler lors de ma visite à Pas Sages en Seine il y a deux mois de cela. Le problème est alors de pouvoir transmettre un message à autrui, sans qu’une tierce personne ne puisse intercepter le message, le lire ni le ré-émettre. C’est-à-dire : comment transmettre une information entre deux personnes de manière confidentielle et authentifiée ?

  (suite…)

Tagged , , ,

État et identités

 

L’identité, j’en ai déjà parlé il y a quelques temps déjà. L’État et les États, j’en parle très souvent également. Alors je me fends de ce petit papier, qui traite de la notion d’identité des individus du point de vue de l’État. Point question donc, d’identité nationale par exemple – si une telle chose existe.

 

La question sera donc : l’identité, à quoi ça sert pour un État ? Si des réponses peuvent sembler évidentes, je préfère poser ça proprement : cela peut servir comme préambule à de prochains papiers, qui sait ?

 

 

Il y a la notion de référence. C’est ce qui permet d’identifier chacun à partir de plusieurs caractéristiques, qui le distinguent des autres : âge, nom, sexe, taille, numéro de Carte Vitale… Autant d’informations dont dispose l’administration. Ainsi, le citoyen (unique) peut répondre de ses devoirs individuels, des obligations légales auxquelles il est soumis. Impôts, par exemple.

 

(suite…)

Tagged , , ,

De l’usage des technologies

  Tout le monde s’accorde à le dire, ce n’est pas la technologie qui est mauvaise, mais l’usage qu’on en fait. De la même manière que l’argent, ce n’est qu’un moyen pour arriver à quelque chose ou pour faire quelque chose. Le problème est que la technologie, même si elle est considérée comme neutre, semble à beaucoup une solution aux problèmes. Le terrorisme, le piratage, la vente d’arme, de drogues, etc, sont autant de problèmes actuels de nos sociétés, que l’on s’acharne à résoudre par des moyens technologiques. La technologie contre la technologie, en quelque sorte. D’où une résolution superficielle et temporaire du problème, sans s’attaquer à la source : l’humain.

  C’est le véritable moteur de ces problèmes : installer des portiques qui détectent les explosifs et les armes dans des aéroports n’entame pas la foi des fanatiques, et les contraints ‘seulement’ à plus d’inventivité, via l’usage de techniques indétectables : armes blanches en céramique, produits chimiques séparés… On assiste en fait à un jeu du chat et de la souris, voire à une course au technologies (de la même manière qu’on a eu une course aux armements entre l’ U.R.S.S. et les U.S.A. dans le passé) sans solution durable.

(suite…)

Tagged , , ,

Un peu de logique

  Souvent, quand on nous parle de surveillance, on a la phrase magique suivante: « Si vous n’avez
rien à vous reprocher vous n’avez rien à craindre ». C’est servi à toute les sauces par les partisans de la Surveillance, c’est-à-dire de l’ensemble des technologies et moyens qui s’y rapportent : fichage, enregistrements vidéos/audio… Tout cela ne devrait pas vous déranger. C’est le cas ? Alors c’est que vous avez quelque chose à vous reprocher.

  C’est ce qu’on appelle un sophisme : ce que l’on sait, c’est que ceux qui ont quelque chose à se reprocher sont gênés (au moins) par la surveillance. D’un point de vue strictement logique, la réciproque n’est absolument pas vraie : pourquoi tout ceux que la surveillance gêne devraient-ils avoir quelque chose à se reprocher ?


(suite…)

Tagged ,