Mot-clef : terrorisme

Résumons.

  Dernièrement, j’ai écrit plusieurs articles, plus ou moins liés entre eux. C’est ce plus ou moins que je souhaite expliciter ici, sous forme sommaire :

 

N’oublions pas… Ou l’Europe de la paix.

/          \

N’oublions pas… l’humain.            Le prix de l’Europe.

Ou l’idéologie contre-terroriste.            Ce qu’il y a dans la balance.

                                    \

                                                                             Austérité. Un poids dans la balance.

                                                                |

                                                                Une suite sur les diamants dans la poussière ?

 

   Voilà pour l’instant ; si vous avez des suggestions de branche je suis preneur :)

 

  Edit : Bon, j’ai un peu ralenti ces derniers temps, mais c’est temporaire. A venir : un (long) mot sur la Corée du Nord et sa situation géopolitique ; le troisième morceau des Vaudeville ; et quelques graphismes nouveaux si je n’oublie pas.

Tagged , , ,

N’oublions pas… L’humain.

 

  Voilà, un court papier, pour prolonger mon propos. J’ai parlé d’Europe, puis de paix, de guerre, de l’oubli de l’un et de l’autre, et j’abordais la manière dont l’opinion accepte les interventions occidentales dans le reste du monde. Tout est là.

 

  Idéologies, donc. Pourquoi ce mot ? Considérez la manière dont on parle du terrorisme et du Terrorisme de nos jours. L’ennemi incarné, l’ennemi à abattre. Le Mal. Il tue de citoyens occidentaux. Il provient de pays lointains. Il a des convictions. Autant de choses qui nous font détester le personnage.

 

  Et donc, comment s’y opposer ? Simple : l’éradiquer, l’éliminer, l’anéantir… Les mots ne manquent pas, il suffit de lire quelques discours passés et actuels pour s’en rendre compte. Les communicants font assaut d’inventivité sur ce sujet. Mais je m’égare, revenons à nos moutons opinions publiques.

(suite…)

Tagged , , ,

Terrorisme et État

  Aujourd’hui, nous allons aborder, dans le désordre, l’État, le terrorisme, la géopolitique et les organisations terroristes.

 

 

Précautions d’usages

 

  Avant tout, il faut bien vous dire qu’il ne s’agit pas de nier le terrorisme, ni certains attentats, faits ou actions commis ces dernières années. C’est le genre de spéculations hasardeuses que je laisse à d’autres.

 

  Suppositions il y aura pourtant : je n’ai pas les compétences ni les connaissances nécessaires pour affirmer quoi que ce soit dans ce domaine. Tout ceci restera à l’état de supposition, d’enchaînement d’idée. Cohérent, néanmoins : j’essaie de mener un raisonnement qui tienne la route, tout de même. (suite…)

Tagged , , , , ,

L’état d’exception : le terrorisme

  Il y a peu de temps, je vous parlais de la notion d’état d’exception. Il est temps maintenant de rentrer dans le vif du sujet, avec les problèmes posés par la notion de terrorisme.

 

  Pensez donc : un groupe de personne, ne se revendiquant d’aucun d’État, décident de s’en prendre à l’un d’entre eux. Cela n’était pris en compte dans aucune législation, jusqu’à récemment. C’est là qu’interviennent donc les pouvoirs exceptionnels, que l’on a déjà défini. Dans ce cas particulier, ils ne sont pas nécessairement aux mains d’une seule personne, en revanche, ils permettent bel et bien de s’exempter de la loi dans certains cas exceptionnels.

 

  La date marquante, dans le domaine de la législation antiterroriste, est celle du 11 septembre 2001. On devine bien pourquoi.

 

  Intéressons-nous pour commencer à ce qui existait auparavant. Lorsqu’une personne commettait un meurtre, deux situations étaient possibles : soit la personne est un civil, auquel cas il appartient il y a jugement selon la justice ordinaire – le droit commun. Soit, la personne relevait d’une autorité militaire, dans le cadre d’opérations militaires, auquel cas il faut encore considérer le statut de la victime : civile ou militaire. Cette deuxième partie était – et est encore – régie par différents éléments de droit international.

(suite…)

Tagged , ,

Du crypto-anarcho-terroriste

  Laisser-moi vous parler de ce personnage. De manière générique, c’est-à-dire des personnes que l’on englobe sous ce nom auto-dérisoire. Plus sérieusement, on les appelle parfois – mais pas tous, ni toujours – pirates, ou hacker. Cela vous parle plus ?

 

  Nous reviendrons sur cette histoire de nom.

 

  Concernant les personnes : les regrouper sous une étiquette est nécessairement réducteur. Ce que l’on peut faire, c’est donner beaucoup d’exemples, et tenter d’en tirer la substance. Je me charge des exemples, et je tente de résumer plus bas.

 

  Premier cas : ils sont de ceux qui apportent du réseau là où il n’y en a pas. Par exemple, les personnes qui créent des FAI coopératif pour amener Internet au fin fond du Massif central, là où les grands du secteurs sont absents par souci de rentabilité. Petite échelle, petit moyens, mais ces gens sont là pour les quelques-uns qui en ont besoin. Si vous faites quelques recherches sur la FDN vous devriez trouver davantage d’informations.

(suite…)

Tagged , , , , ,

Crise

  Vous aurez sûrement remarqué que le mot « crise » est utilisé à toutes les sauces en ce moment. On a une crise économique, une crise financière, une crise politique… Pour peu qu’un problème ait la mauvaise idée de durer, on parlera de crise, ce qui suppose que ce problème est plus sérieux déjà, mais qu’il est censé avoir une fin également.

 

  En effet, parler de crise permet de se distinguer des situations communes desquelles toute crise est absente. A chaque fois que l’on invoque ce terme, cela a pour effet de rendre la situation et le contexte exceptionnels.

 

  D’abord, cela a une justification politique : en effet, plus la crise sera exceptionnelle, plus les mesures à prendre pourront sortir de l’ordinaire pour s’adapter au contexte. C’est la notion de politique de crise, qui peut, selon la gravité de la situation, passer outre les institutions établies pour rétablir une situation dite « normale ». Par exemple, les chefs d’état grec et italien, mis en place suite aux déboires économiques de leur pays, n’ont pas été élus. Tant pis pour la démocratie, on installe des « sauveurs » qui sauront sortir le pays de la crise.

 

(suite…)

Tagged , , , ,