Réseaux de fer, 3/6 : Chevalier

  Cinq années après Musset et ses regrets, dix-neuf ans après la Parabole de Saint-Simon, le chemin de fer continue sa progression dans les territoires et dans les esprits.

 

L’invention des chemins de fer est un des plus grands bienfaits dont la science et l’industrie, associant leurs efforts, aient doté l’espèce humaine. Les chemins de fer semblent véritablement appelés à changer la face du globe. De hardis et généreux penseurs ont dit que le monde marchait à grands pas aujourd’hui vers l’association universelle ; peut-être ce merveilleux ordre de choses que leur faisait rêver leur noble amour pour le genre humain n’est-il, au gré de beaucoup d’hommes positifs, rien de plus qu’une chimère ; mais personne ne contestera que le sentiment d’unité qui anime aujourd’hui tant de peuples, et le besoin d’expansion qui dévore quelques nations récemment apparues sur la scène, dans l’ancien monde et dans le nouveau, ne tendent à changer la balance politique.

Lire la suite

Tagged , , , , , ,

Feuille de route

> Sur l’histoire des réseaux : je republie le texte de Chevalier, puisque je suis l’ordre chronologique. Mais je l’ai commenté, cette fois !

> Plus tard : une série sur l’ego de la France, sur le thème « pourquoi partons-nous encore en guerre ».

> Plus tard aussi : des documents en rapport avec Bolivar ? Des papiers sur la nationalisation des biens des églises en 1790 ? Recherches en cours…

> En projet : faire des pages « lectures », « écoutes » et « visionnages » pour partager, échanger un peu là-dessus.

> Des commentaires, des idées ? :)

PS : Petit rappel, je publie les écrits de quiconque est volontaire à l’écriture, sans restrictions particulières.

Index

> En cours :

Une (brève) histoire des réseaux

- Motivations et finalité

- Première partie : Réseaux de fer, Craintes et espoirs. ( 6 sources)

       1. Saint-Simon.

       2. Musset.

       3. Chevalier.

- Deuxième, troisième parties : radio, télévision…

> Passé :

La Commune de Paris :  [ I ] et [ II ]

Les Lois de Magdebourg : [ I ] , [ II ] et [ III ]

Réseaux de fer, 2/6 : Musset

  Quatorze années se sont écoulées depuis l’écriture de la Parabole, et le saint-simonisme, malgré le décès de son fondateur, est loin de s’éteindre : la religion qui en a émergé est à son point culminant. Quant aux idées, il faudra attendre le marxisme pour qu’elles soient fondamentalement remises en question. Donc, pour la période qui nous intéresse, il ne faudra pas oublier la prégnance du saint-simonisme.

 

  Pour en revenir au chemin de fer et au progrès technique, voilà ce qu’en pense Musset :

 

 

Vous vouliez faire un monde. – Eh bien, vous l’avez fait.
Votre monde est superbe, et votre homme est parfait !
Les monts sont nivelés, la plaine est éclaircie ;
Vous avez sagement taillé l’arbre de vie ;
Tout est bien balayé sur vos chemins de fer,
Tout est grand, tout est beau, mais on meurt dans votre air.

 

(Extrait de Rolla, 1833) Lire la suite

Tagged , , , , , ,

Réseaux de fer, 1/6 : Saint-Simon

  Avant de s’attaquer aux réseaux à proprement parler, je voulais dire un mot sur un courant de pensée qui a fortement marqué le XIXième siècle : le saint-simonisme. Issu, comme on pourrait s’en douter, des écrits et réflexions d’un certain Saint-Simon, il prend la capacité des individus comme centre de réflexion. L’idée étant que les personnes les plus capables sont le pivot de la société…

 

  Les idées étaient tellement bouillonnantes, que Saint-Simon en personne a tourné ce courant de pensée en religion. Mais on s’éloigne du sujet, l’article Wikipédia vous en dira plus si vous êtes intéréssé.e.

 

  Le texte, paraît-il fondateur, consiste en une « parabole », dite Parabole de Saint-Simon. C’est celui-là que je reproduis ici, en l’ayant raccourci de moitié – l’original est long. Ce texte a été publié en 1819. Lire la suite

Tagged , , , , ,

Une (brève) histoire des réseaux : motivations.

web

  À force d’histoire, je me suis un peu éloigné, ces derniers temps, de préoccupations plus concrètes, plus actuelles. Vous aurez remarqué la pause conséquente sur le thème politique, c’est passager mais je pense que alterner ne peut pas faire de mal – qui plus est, la politique de ces dernières semaines… Ahem.

 

  Alors je voulais, tout doucement, nous ramener aux temps présents, via le concept de « réseau », et ainsi couvrir deux des trois thèmes que je traite avec (plus ou moins de ) régularité ici : histoire et réseaux, donc. L’idée étant de replacer l’Internet et ce qui gravite autour dans son contexte : celui d’une évolution des idées, qui a émergé il y a deux siècles.

 

  L’image du passé, pour mieux voir l’actuel, en somme.

  Lire la suite

Tagged

Nouveau réseaux ?

  Un petit texte, aux origines de la « philosophie des réseaux » – c’est-à-dire, à la révolution industrielle. À cette époque, les nouvelles technologies fascinaient, et un certain nombre de personnes pensaient que tout allait être révolutionné…

 

  L’invention des chemins de fer est un des plus grands bienfaits dont la science et l’industrie, associant leurs efforts, aient doté l’espèce humaine. Les chemins de fer semblent véritablement appelés à changer la face du globe. De hardis et généreux penseurs ont dit que le monde marchait à grands pas aujourd’hui vers l’association universelle ; peut-être ce merveilleux ordre de choses que leur faisait rêver leur noble amour pour le genre humain n’est-il, au gré de beaucoup d’hommes positifs, rien de plus qu’une chimère ; mais personne ne contestera que le sentiment d’unité qui anime aujourd’hui tant de peuples, et le besoin d’expansion qui dévore quelques nations récemment apparues sur la scène, dans l’ancien monde et dans le nouveau, ne tendent à changer la balance politique.

Lire la suite

Tagged , ,

Les lois de Magdebourg (3/3)

[Les lois au format pdf]

< Article précédent (1/3)

< Article précédent (2/3)

 

51. Playing at dice is not a crime.

51. Jouer aux dés n’est pas un crime.

 

  L’article le plus bref. Il n’est pas anodin : si les jeux ont nécessité une mention parmi les infractions d’ampleur supérieure, c’est qu’ils posaient un certain nombre de personnes. Et effectivement, les jeux de dés ont été interdits ou restreints dans beaucoup de pays d’Europe, un héritage (je suppose) de l’empire romain qui les sévèrement encadré.

Lire la suite

Tagged , , , , , , , , ,

Les lois de Magdebourg (2/3)

[Les lois au format pdf]

< Article précédent (1/3)                       Article suivant (3/3)  >

 

 

  Nous parlions de fausses preuves la dernière fois, il n’en est pas fait mention dans les lois. En revanche, un point concerne la corruption :

 

45. If a man claims a piece of property or an inheritance, he shall not bribe the judge in order to secure a favorable decision. If a man enters a suit against another [but in the meantime the matter is settled outside of court], he shall pay nothing except the fee of the judge.

 

45. Si un homme réclame une propriété ou un héritage, il ne doit pas corrompre le juge pour s’assurer une décision favorable. Si un homme entame un procès contre un autre [mais qu'en même temps le problème est résolu en-dehors de la cour], il ne doit rien payer sauf les honoraires du juge.

 

  Le fait de « régler ses affaires » en-dehors du tribunal semble chose normale, en ce cas la justice devait être un instrument de dernier ressort plutôt qu’une procédure courante. Peut-être que la cité n’avait pas les moyens de garantir l’application stricte de ces lois ?

  Lire la suite

Tagged , , , , , , , , , ,

Les lois de Magdebourg (1/3)

> Article suivant (2/3)

  Comme nous parlions de cités indépendantes il y a peu, j’ai pensé que cela serait bien de prolonger le sujet. En effectuant des recherches sur le Net, j’ai trouvé mention de la « Hanse » ou « Ligue hanséanique ». Il se trouve que je n’en avais jamais entendu parler jusque-là, et effectivement, d’après ce que j’ai pu voir, la littérature francophone est plutôt maigre. En particulier, il n’existe pas ( je n’ai pas trouvé) de sources traduites en français.

 

  Heureusement, il en existe des versions anglophones : partant de là, je me suis dit que ça pourrait être une bonne idée d’en traduire quelques fragments, et d’écrire ( et d’échanger !) un peu dessus. Le document duquel je part est une transcription des lois de Magdebourg.

Lire la suite

Tagged , , , , , ,

Relation et naufrages – XXXV

[chap.1] [chap. 2, 3] [chap. 4] [chap.5][chap.30.2] [chap.31] [chap.32.1] [chap.32.2] [chap.33, 34]

CHAPITRE XXXV.

 

 

Comment nous fûmes reçus par l’alcade major le soir de notre arrivée.

 

  Aussitôt que l’alcade major fut instruit que nous arrivions, il se mit en route et il vint où nous étions. Il pleura abondamment avec nous, et rendit grâces à Dieu notre Seigneur, de la grande miséricorde dont il avait usé à notre égard. Il nous parla, nous traita avec beaucoup de bonté, et nous offrit au nom de Nuno de Guzman et du sien tout ce qu’il possédait. Il parut très sensible au mauvais accueil et aux mauvais traitements que nous avions reçus d’Alcaraz et de ses compagnons. Je suis certain que si ce dernier eût été présent, il aurait cherché à se disculper de sa manière d’agir envers nous et envers les Indiens. Lire la suite