Les liens de la Commune

  Pour celles et ceux intéressés par la Commune de Paris, voilà quelques liens que j’avais disséminés dans les articles.

 

> Les articles de Histoire du Monde, site que je découvre à cette occasion et qui m’a l’air bien ficelé.

> Le Manifeste au format pdf réalisé par votre serviteur.

> Un catalogue de textes relatifs à la Commune, contemporains et dans les décennies qui suivirent. Plusieurs types de documents : lettres, articles… Des extraits souvent, mais il doit être possible de retrouver des versions intégrales sur la Toile.

> Le site de l’Association des amis de la Commune de Paris, qui semble assez riche. Je l’avais mentionné sur les droits des femmes. Ce sont ces personnes qui commémoraient le 142ème anniversaire de la Commune, le 18 mars dernier.

 

  Il y a eu, et il y a encore, beaucoup d’écrits qui parlent de la Commune. Je ne sais pas encore si je vais continuer sur le thème, parce que bien qu’il soit intéressant, je ne suis pas sûr que cela apporte beaucoup par rapport à l’existant.

 

  Peut-être que je chercherai des points de vue alternatifs, comme les commentaires faits à l’étranger.

 

  Qu’en pensez-vous ?

Tagged

Le Manifeste de la Commune de Paris (2/2)

< Première partie

[Le Manifeste au format pdf ]

  On entre maintenant dans le cœur du manifeste, à savoir les principes fondateurs. Je vais me permettre de replacer chacun dans son contexte.

 

 

La liberté la plus complète de parler, d’écrire, de se réunir et de s’associer.

 

  Cela inclut la liberté de la presse. Énoncée dans l’article 11 de la déclaration des droits de l’Homme en 1789, elle n’a été effective que jusqu’en 1792. Il faudra attendre 1881(loi du 29 juillet) pour qu’une loi la garantisse. Lire la suite

Tagged , , , , , , , , ,

Le Manifeste de la Commune de Paris (1/2)

  « La Commune de Paris, du 26 [ou 18] mars 1871 jusqu’à la « semaine sanglante » (21 – 28 mai), désigne une période révolutionnaire à Paris, qui, contre le gouvernement, issu de l’Assemblée nationale qui vient d’être élue, établit une organisation ouvrière comme organisatrice de la ville, et gouvernement prolétarien. Dans plusieurs autres villes de France (Marseille, Lyon, Saint-Étienne, Toulouse, Narbonne, Grenoble, Limoges) des communes sont proclamées à partir du 3 mars 1871, mais elles furent toutes rapidement réprimées. Pour Karl Marx, c’est la première insurrection prolétarienne autonome. » [source et détails]

 

  Ce manifeste a été publié par le journal Le Cri du Peuple le 27 mars 1871. Il condense les principes fondateurs de l’organisation alors mise en place. On y retrouve un certain nombre d’idéaux de l’époque, qui ne perdent pourtant pas une ride. Plutôt que de vous le donner d’un bloc, et de commenter ensuite, je vais insérer mes remarques au fur et à mesure, la chose sera plus vivante. Le tout se fera en deux parties. Ah, et je vous propose le texte original au format pdf . Lire la suite

Tagged , , , , , ,

Relation et naufrages – XXXIII, XXXIV

[chap.1] [chap. 2, 3] [chap. 4] [chap.5][chap.30.1] [chap.30.2] [chap.31] [chap.32.1] [chap.32.2]

CHAPITRE XXXIII.

 

 

Nous voyons des traces de chrétiens.

 

  Aussitôt que nous eûmes aperçu des indices certains de la présence des chrétiens, et que nous sûmes qu’ils étaient si près de nous, nous rendîmes au Seigneur des grâces infinies, pour avoir daigné nous retirer d’une captivité si cruelle et si misérable. Chacun, en réfléchissant au temps que nous étions restés dans ce pays, ainsi qu’aux dangers et aux maux que nous avons éprouvés, peut se faire une idée de la joie que nous en ressentîmes.

Lire la suite

Discours de crise – 2.

  Nous en étions à la crédibilité de l’Europe. Plus que de crédibilité, il s’agit de « foi ». Pour cela, le « cap » fixé par le capitaine est le suivant : « rééquilibrer les comptes publics, redresser la production française et réduire le chômage. » Encore trois points, on va finir par s’en lasser. Notez que ce sont quand même des objectifs ambitieux.

 

  Alors il détaille. C’est quelque chose d’important, il s’y attarde : rien de plus normal. On notera donc que redresser les comptes est (sans surprise) une obligation, triple (encore) : « financière », « morale », « de souveraineté ». Évoquer la souveraineté juste après le passage sur l’Europe, il fallait oser le paradoxe. Mais cela ne choque pas… ainsi soit-il. Une seconde évocation de la morale, même remarque de ma part.

Lire la suite

Tagged , , , , ,

Discours de crise – 1.

wire

  Pour cette série là, je ne prendrai qu’un seul discours, suffisamment long en lui-même : celui prononcé par Hollande à Dijon il y a peu. (Promis, les prochaines fois je prendrai un autre locuteur, soit passé, soit non-français). 8 pages de discours, c’est qu’il y avait beaucoup de choses à dire. Si cela vous intéresse, vous pouvez le lire en intégralité sur le site de l’Élysée, mais je vous préviens, il est plutôt indigeste.

 

  Je vais donc suivre de point en point le contenu du discours, raccourcir la chose, et essayer d’en tirer quelque chose de clair. Le tout en deux (ou trois) parties ; aujourd’hui et demain.

Lire la suite

Tagged , , , ,

Relation et naufrage – XXXII.2

[chap.1] [chap. 2, 3] [chap. 4] [chap.5][chap.29] [chap.30.1] [chap.30.2] [chap.31] [chap.32.1]

 

  Nous parcourûmes une grande distance déserte; les habitants s’étaient enfuis dans les montagnes, en abandonnant leurs cultures dans la crainte des chrétiens. Ce fut pour nous un chagrin cruel de voir un pays si fertile, si beau, si bien arrosé de ruisseaux et de rivières, et de ne trouver que des villages abandonnés, réduits en cendres, et quelques habitants décharnés, malades et fugitifs. Comme ils ne pouvaient cultiver la terre, ils assouvissaient leur faim avec des écorces d’arbres et des racines.

Lire la suite

Nouvelles

  Pendant que beaucoup restent accroché à leur écran dans l’attente d’un nom, je préfère vous écrire quelques lignes, chose que je me suis promise il y a quelques temps déjà. Je l’avoue, je n’ai pas fait les choses dans l’ordre : normalement, ceci aurait du venir en premier, suivi des articles traitant des discours. Mais bon, la chose est faite, passons.

 

  Vous aurez remarqué quelques changement sur la forme : j’ai ajouté un abonnement à une newsletter (à venir, j’attends d’avoir quelques inscrits) ainsi qu’un lien pour les flux.

 

  Le plus gros changement est sur le fond : pour quelques temps — sinon définitivement — je laisse tomber le rythme de publication lundi-mercredi-vendredi. Il s’agira plutôt d’un traitement au cas par cas : quand j’aurai quelque chose d’assez conséquent, je le publierai en plusieurs parties, plusieurs jours d’affilée  (cela devrait arriver, mettons, une fois par semaine). Lire la suite

Relation et naufrage – XXXII.1

[chap.1] [chap. 2, 3] [chap. 4] [chap.5][chap.29] [chap.30.1] [chap.30.2] [chap.31]

CHAPITRE XXXII.

 

Note : c’est peut-être bien le chapitre le plus important du récit. Voyez donc…

 

On nous donne des cœurs de cerfs.

 

  Dans le village où l’on nous fit présent des émeraudes, on donna à Dorantes plus de six cents cœurs de cerfs ouverts (coraçones de venados abiertos), dont ils ont toujours de grandes provisions pour leur nourriture, ce qui fit que nous appelâmes cet endroit le village des Cœurs (elpueblo de lus coraçones).

Lire la suite

Discours de guerres – 3.

< Avant : les discours, la forme

Les faits.

 

  Il s’agit d’annonces a posteriori : pas pour dire que nous allons entrer en guerre, pas pour demander s’il est possible de la faire. Non, le but premier est informatif : « Au fait, nous sommes entré en guerre. » Nous fûmes derniers consultés, derniers informés. Les décisions sont probablement plus sereines en comité restreint.

 

  Mais dans le fond, ce n’est pas vraiment l’affaire des citoyens. Leur rôle n’est pas de choisir, mais d’accepter la chose.

 

  Cela, on a fini par s’en douter.

  Lire la suite

Tagged , , , , , , , , , ,