Relation et naufrages – XXI

[chap.1] [chap. 2, 3] [chap. 4] [chap.5][chap.16] [chap.17] [chap.18] [chap.19, 20]

CHAPITRE XXI.

 

 

 

Comment nous guérissons des malades.

 

  Le soir même de notre arrivée, des Indiens vinrent trouver Castillo, et lui dirent qu’ils avaient mal à la tête, et qu’ils le priaient de les guérir. Aussitôt il les bénit, il les recommanda à Dieu, et ces gens dirent à l’instant même que le mal avait disparu. Ils allèrent chez eux, et rapportèrent une grande quantité de tunas et un morceau de viande de cerf, ce qui nous étonna beaucoup. Le bruit de cette cure se répandit, et un grand nombre de malades vinrent le soir même pour se faire guérir, chacun apportait un morceau de cerf : nous ne savions où mettre toute cette viande.

Lire la suite

Copies de presse

  Aujourd’hui, nous allons parler un petit peu de la presse française. Un événement, dont le traitement servira à illustrer mon propos : le retrait de rebelles dits « du M23 » de la ville de Goma au Congo, samedi 1er décembre.

 

  J’ai parcouru les articles publiés par Le Monde, l’Express, le Nouvel Observateur, le Figaro et Libération. C’est loin d’être exhaustif, mais cela suffit pour ce que je veux faire. Ce qui ressort surtout, comme on pouvait s’y attendre, c’est l’usage abusif de dépêche AFP : phrases par phrases, mot pour mots. Voyez plutôt Lire la suite

Tagged , , ,

De l’opinion des politiques

  Parlons donc un peu d’actualité politique aujourd’hui. Oh, je parlerais bien des pitreries de la droite, mais d’autres le font déjà, et bien assez. Inutile d’en rajouter, ils font bien assez de bruit ainsi. Non, ce qui est davantage intéressant en ce moment, c’est la communication du gouvernement. Je vais essayer de ne pas faire dans la critique, car cela aussi a déjà été fait, et parce que c’est un peu facile.

 

  Trois éléments, par ordre chronologique, pour illustrer mon propos.

 

 

  D’abord, notre président, qui déclare mardi 20 novembre que « la loi s’applique pour tous dan le respect de la liberté de conscience ». Phrase ambiguë s’il en est, le but ayant été – apparemment – de rassurer les maires quant au mariage pour tous. C’est qu’il devait avoir fichtrement besoin de leur soutien, pour ménager ainsi la chèvre et le chou. Déchaînement des médias, protestations outrées des associations concernées, sous la rengaine : « Hollande recule sur le mariage pour tous ». Sans, d’ailleurs, satisfaire davantage qu’auparavant ni la chèvre, ni le chou.

 

Lire la suite

Tagged , , ,

Relation et naufrages – XIX, XX

[chap.1] [chap. 2, 3] [chap. 4] [chap.5][chap.15] [chap.16] [chap.17] [chap.18]

CHAPITRE XIX

 

 

 

Comment les Indiens nous séparèrent.

 

  Six mois s’étaient passés depuis que j’attendais avec les chrétiens le moment de mettre notre projet à exécution, lorsque les Indiens s’en allèrent à trente lieues de là à la recherche des tunas. Quand nous fûmes pour nous enfuir, ils se querellèrent à propos d’une femme, se battirent et se tuèrent les uns les autres, puis chacun emporta sa cabane et s’en alla de son côté. Nous autres chrétiens, nous fûmes donc obligés de nous séparer, sans pouvoir nous réunir pendant une année.

 

  Tout ce temps-là je menai une existence des plus pénibles, tant à cause du besoin de manger, que des mauvais traitements que ces Indiens me firent éprouver ; à un tel point, que trois fois je pris la fuite de chez mes maîtres. Ils se mirent à ma poursuite, et firent tous leurs efforts pour me tuer ; mais Dieu par sa miséricorde voulut bien me mettre à l’abri de leurs recherches, et je parvins à retrouver les Espagnols à la saison des tunas, et dans le même endroit où nous nous étions vus.

Lire la suite

Un Eagle en Libye : parlons-en.

  Parlons donc de ce travail intitulé Un Eagle en Libye que j’ai publié vendredi dernier.

 

 

  Un mot d’abord, sur sa réalisation. Cela fait depuis juin dernier que j’ai l’idée en tête, et j’y ai consacré un peu de temps de-ci, de-là depuis. Je ne m’y suis réellement mis que ces deux dernières semaines, cela faisait quelques temps que j’en attendais l’occasion. Bref. En tout et pour tout, je pense que cela m’a pris entre 30 et 40 heure de travail ; on est donc bien au-delà du temps que je passe sur un papier – qui, pour information, varie tout de même de deux à trois heures.

 

  Un travail pas habituel, donc. Il m’a fallu fouiller dans un certain nombre d’articles sur la Toile, récupérer ce qui semblait important, mettre de côté le reste, synthétiser chaque événement en quelques mots. Long, mais intéressant.

Lire la suite

Tagged , , ,

Un Eagle en Libye

Mise à jour : Version 1.1, avec de légères corrections de forme

Bonjour à tous,

  Aujourd’hui, je vous soumet le premier résultat du travail que j’ai effectué ces dernières semaines. Il s’agit d’une chronologie retraçant l’implication de l’entreprise française Amesys en Libye, sous le régime de Kadhafi. Celle-ci lui a vendu, à l’époque, un système d’écoute globale d’internet. C’est un dossier qu’a couvert reflets depuis le début, je n’apporte rien de neuf si ce n’est une synthèse.

  Attention, ce que j’ai ici n’engage que moi : personne de compétent (c’est-à-dire, personne de chez reflets) n’a encore validé ça, c’est tout frais.

 

Voilà la bête :

 

  Je vois que la qualité n’est pas excellente avec Scribd. Aussi, si vous voulez le télécharger, c’est par ici (version 1) ou par là (version 1.1, légèrement améliorée).

 

  Je vous tiens au courants des modifications, mises à jour, etc. Et je vous parlerai davantage de ce travail ce week-end, je pense.

Tagged , , , , , ,

Relation et naufrages – XVIII

[chap.1] [chap. 2, 3] [chap. 4] [chap.5][chap. 13, 14] [chap.15] [chap.16] [chap.17]

CHAPITRE XVIII.

 

 

Relation donnée par de Esquivel.

 

  Voila la relation que Figueroa recueillit de Esquivel, et de l’un à l’autre, elle est parvenue jusqu’à moi. On peut voir par là quelle a été la fin de toute cette flotte, et ce qui est arrivé à la plupart des gens qui en faisaient partie. Figueroa ajouta que si jamais des chrétiens retournaient dans ce pays, il pourrait arriver qu’ils vissent de Esquivel, parce qu’il avait appris que celui-ci avait quitté son Indien, et qu’il s’était réfugié chez les Mareamès ses voisins. Il nous raconta ensuite qu’il avait voulu se rendre avec l’Asturien chez d’autres Indiens qui habitaient plus avant; et que les Indiens chez qui il était, l’ayant entendu, coururent sur eux, leur donnèrent des coups de bâton, dépouillèrent l’Asturien et lui traversèrent un bras avec une flèche.

 

  Cependant ils réussirent à s’échapper, passèrent chez les Mareamès, et finirent par leur persuader de les recevoir comme esclaves. Mais pendant qu’ils les servaient, ils furent si maltraités par ces naturels, que jamais esclaves ni qui que ce soit, ne le fût autant. Non content de les battre, de leur arracher la barbe par passe-temps, ils en tuèrent trois pour la seule raison qu’ils avaient été d’une maison à l’autre ; c’étaient Diégo Dorantès, Valdeviesso, et Diégo de Huelva, que j’ai déjà.nommé : ceux qui restaient s’attendaient au même sort.

  Lire la suite

  J’ai repris les publications, donc. Malheureusement, je n’ai pas pu faire tout ce que je voulais, donc rien n’est vraiment fini. Mais, j’en ai fait la plus grande partie, et je vous met ici un aperçu de ce que ça donnera. Attention, rien de définitif, mais ça devrait vous donner une idée de la chose.

 

 

  Je donnerai davantage de détails lors de la publication. Normalement, le document se suffira à lui-même, il n’y aura pas besoin de connaissances préalables.

 

  Voilà, je voulais vous montrer que je ne me suis pas tourné les pouces pendant mon absence ;-)

 

A très vite !

Démocratie ? Du bon usage de la guerre

  La reprise des hostilités entre Israël et la Palestine me donne une occasion parfaite pour parler de guerre, et de la manière dont cet élément est géré en démocratie. Souvenez-vous, on en a déjà parlé, du point de vue des situations dites d’exception. Un point que je vais développer un peu, avant de passer au cas d’Israël.

 

 

  Alors effectivement, il s’agit d’une situation exceptionnelle, pour une démocratie. C’est un événement que l’on suppose rare, dans lequel le pays fait face à un ennemi extérieur, qui met en danger son intégrité en tant que pays. Soit. Et donc, à situation exceptionnelle, règles exceptionnelles, et le droit commun cède la place à un droit expéditif, quant il ne disparaît pas purement et simplement. C’est ce qu’on retrouve sous les appellations état d’urgence, loi martiale, entre autres.

Lire la suite

Tagged , , ,

Le mal-savoir

Auteurs : Zipanu (surtout) et Alcuinn (un peu)

  Dans une société capable d’envoyer des machines, explorer d’autres planètes, il semble acquis que ses citoyens jouissent d’une connaissance rarement obtenue dans l’histoire, non ? En se penchant sur la question, on se rend vite compte que tout cela est bien relatif…

 

  Imaginez : Pierre parle d’une action, d’un fait, bref de quelque chose interdit par la loi. Paul lui répond : « Mais non, ça n’est pas ce que tu me raconte. C’est plutôt comme ça que ça marche… ».Pierre note cela, quoique sans grande conviction. Plus tard, il raconte à Jacques cette anecdote : « Mais non enfin, ça n’est pas ça non plus ! C’est encore autre chose, je vais t’expliquer pourquoi… ».Conséquence logique, Pierre n’a pas plus de certitudes, et est finalement plus confus que jamais.

 

  Trois positions diverses, ici :

Pierre, qui ne prétend pas savoir, mais qui ne cherche pas à savoir non plus.

Paul, qui sait, sans douter, qui n’explique rien.

Jacques, qui sait, sans douter, qui explique au passage.

Lire la suite